[Atelier] La Culture en questions

Le 8 février dernier, nous nous sommes réunis dans le cadre d’un atelier de réflexion sur le thème de la culture. Étaient présentes une trentaine de personnes, adhérents En Marche ou non, et des représentants de la vie culturelle rennaise, sollicités pour apporter leur expertise en matière culturelle: libraires, disquaire, administrateur, bibliothécaires, et autres experts. Nous partageons avec vous la synthèse de nos échanges.

capture-decran-2017-03-03-a-10-33-51

1/ La culture n’est pas une marchandise comme les autres… mais c’est un réel moteur économique!

Le poids de la culture représente 57,8  milliards d’euros de valeur ajoutée au PIB, soit 7 fois plus que l’industrie automobile, ce qui est considérable!  La Culture joue donc un rôle économique essentiel en France. Les candidats à l’élection présidentielle doivent en avoir conscience. D’autant que le développement de la Culture, sous
toutes ses formes, permet également de développer fortement le lien social.

2/ La Culture, les bibliothèques et le livre

Le rôle des bibliothèques apparaît comme essentiel en tant que lieu d’apprentissage, lieu de culture et lieu d’échange social . Le  projet d’Emmanuel Macron est d’ailleurs d’ouvrir les bibliothèques sur une plage horaire plus importante que celle globalement existante, y compris le dimanche. Se pose le problème du financement qui sera précisé dans le chiffrage du programme. Il faut, dans tous les cas, mettre en place des arbitrages financiers et tenir compte des différences de potentialités entre grandes villes et petites communes afin de mieux les réguler. Ouvrir  plus largement, certes, mais pour en faire quoi? La bibliothèque doit- elle être un lieu ouvert, seulement, ou un lieu dans lequel le lecteur est accompagné (ateliers d’écriture, de lecture, conférences, expositions, rencontre d’écrivains – rôle des Médiathèques )? Pour les  libraires, ouvrir plus largement  les bibliothèques  permet aussi une diffusion plus  importante des livres.

A ne pas oublier : le rôle des nouvelles technologies dans cette diffusion. Ainsi à Rennes et dans 42 communes, on pourra accéder à un fond numérisé, ce qui facilitera  l’accès à la culture. La ville de Vitré réfléchit d’ailleurs sur son adhésion à ce projet. L’urgence : faciliter  l’accès à la lecture des jeunes, tout en développant leur envie de lire. Les chiffres sont accablants: 50% lisent,  les autres, non lecteurs, vivent dans des familles qui ont un rapport aux livres très éloigné.

macron-culture

3/ Comment améliorer l’accès à la culture? 

Une des mesures phares  d’ Emmanuel Macron : la mise en place d’un Pass Culture pour les jeunes, qui leur permettra d’accéder à des produits culturels et oeuvres artistiques.
Une bonne mesure à condition que l’offre culturelle soit de qualité.  En matière de musique, par exemple, les téléchargements concernent de 95% à 98% les tubes du moment,  connus d’ailleurs uniquement par leur diffusion sur les supports médiatique. Sans parler d’élitisme, la culture doit servir de levier pour s’élever. Comment financer ce Pass? Par une contribution des principaux producteurs et diffuseurs de contenus (GAFA notamment).

4/  Les problèmes liés au financement des actions  culturelles

Nous partageons plusieurs constats :

  • le dé-tricotage évident du budget de la Culture. Les partis  politiques en France ont  tendance à casser l’institution, soit parce que l’on est trop élitiste, soit parce que l’on considère que la Culture revient trop chère. Clivage que retrouve dans les débats autour du régime des intermittents du spectacle, régime qu’il faut  sauvegarder  pour la bonne marche du développement culturel.
  • En France les subventions allouées par l’Etat (DRAC), les collectivités locales sont annuelles dans le cadre de convention et c’est un handicap pour envisager les programmations dans le cadre de la diffusion
  • Les institutions culturelles , bien implantées,  bénéficient en général d’un traitement pérenne. Mais il faut mixer financement privé/ public pour que la Culture vive!  Pour cela il faut aussi que les mentalités évoluent, car il peut exister des blocages.
  • Les décideurs des subventions (collectivités), les financeurs privés (mécénat) doivent être sensibilisés à la richesse induite par le développement de l’offre culturelle  : un euro investi rapporte 6 à 7 fois plus. Car, la France rayonne par sa culture. Il faudrait même mixer le Ministère de la Culture à celui du Tourisme.

5/  Culture et système éducatif

La culture à l’école est  d’essence programmatique mais elle n’ouvre pas à la curiosité ou à la créativité.  Or , développer la créativité est important pour la bonne formation d’un individu . Cela lui permet d’être autonome. Le poids des enseignements  » lourds » reste  beaucoup trop prédominant et avec lui celui des coefficients! Il faudrait faire comprendre à tous l’importance de la formation à la culture comme vecteur d’égalité. Pour cela, on peut établir des partenariats avec les acteurs culturels locaux (ex. libraires, compagnies théâtrales, etc.). Cette ouverture existe mais elle dépend  trop de la bonne volonté des enseignants et de leur propre formation culturelle. Elle peut aussi être freinée par des obstacles en interne. D’où la nécessité de donner de l’autonomie aux chefs d’établissements, aux enseignants, les former et établir des projets d’établissement en lien avec toutes les diversités.

Après deux heures de riches débats, Carole Gandon met fin à la séance. Tout le monde s’accorde à dire que des points n’ont pu être abordés : la  sauvegarde de l’exception culturelle à la française, et notamment vis-à vis de l’Europe;  le problème de l’audiovisuel public, et surtout quelle vision d’avenir en matière de culture, notamment en matière de création. D’autres ateliers d’échanges sur ce thème seront à prévoir!

Plus d’infos sur le programme d’Emmanuel Macron en matière de Culture: 

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/culture

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/emmanuel-macron-mes-propositions-pour-la-culture 

Publicités