Retour sur le rassemblement départemental du 24 janvier (Partie 2)

Mardi 24 janvier 2017, seconde partie de la réunion départementale : sympathisants et adhérents bretilliens du mouvement En Marche questionnent  l’équipe de campagne.

40 minutes pendant lesquelles  un échange riche et révélateur de la dynamique d’En Marche a lieu sur des  sujets allant des financements aux ralliements, en passant par le Plan de Transformation et les moyens de communication des comités.

salle côté.jpg

Morceaux choisis, et regroupés par thèmes :

  • Communication

La première question de la salle concerne la réticence à l’utilisation privilégiée des réseaux sociaux pour communiquer. Par exemple : Comment avoir accès à un lien renvoyant vers Facebook si l’on n’a pas de compte ?

Le mouvement En Marche a été parfois critiqué sur l’idée qu’il s’adressait principalement aux jeunes cadres urbains, à l’aise avec l’outil digital et son usage des réseaux sociaux et autres outils web suscite quelques questionnements. Nous en sommes conscients et nous voulons pourtant nous adresser au plus grand nombre, c’est pourquoi il y a un travail en cours pour diversifier les outils de communication. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’avoir un compte Facebook pour lire une vidéo sur le site.

Peut-on communiquer par voie de presse (notamment annonces locales de Ouest France) ?

L’équipe rappelle le principe de liberté des comités,  le point de vigilance étant la coordination des relations presse par le référent départemental .

Pourquoi ne pas reproduire le principe de la mailing liste qui était utilisée dans le cadre de la Grande Marche pour la communication des actions ?

Dans la nouvelle version de la plateforme En-marche.fr on pourra « suivre » plusieurs comités et recevoir leurs informations. Encore une fois, rien n’empêche les animateurs de comités d’utiliser le mail ou le téléphone pour communiquer avec les volontaires, chacun pouvant s’organiser comme il le souhaite.

  • Actions de terrain

Est-il possible d’avoir les fiches d’information thématiques en nombre pour les diffuser ?

Les premiers tracts sur le travail sont arrivés, les autres vont suivre. Les fiches d’information sont plutôt destinées aux  comités pour travailler le Plan de Transformation, les tracts sont conçus pour la communication publique.

Fabienne, adhérente rennaise témoigne sur le tractage : « Quand j’ai rejoint le mouvement j’étais réticente pour tracter j’y suis allée en parlant de moi, c’est facile !! »

  • Meeting de Quimper

Que s’est-il passé à Quimper ? J’étais pourtant inscrit mais je n’ai pas pu entrer dans la salle.

Le meeting a été victime de son succès et le taux de désistements a été sous-estimé. Emmanuel Macron et  Richard Ferrand ont pris la parole à l’extérieur de la salle pour présenter des excuses et échanger avec les sympathisants. Les noms des inscrits qui sont restés dehors ont été transmis à l’équipe nationale ; nous espérons qu’elle prendra contact avec chacun.

  • Parité

Lydie de Gévezé s’étonne qu’il y ait seulement 2 femmes dans l’équipe départementale, pourquoi ?

Il y a eu 90% d’hommes sur les 10 000 candidatures de référents départementaux. Au final les référentes féminines sont 45%. Mais il est vrai qu’il existe une phénomène d’autocensure. La solution est d’encourager les femmes à s’engager. Emmanuel Macron a d’ailleurs lancé un appel aux candidatures féminines pour les investitures aux législatives, qui ne représentent à ce jour que 15% de toutes les candidatures reçues. La vidéo est à retrouver ici.

Une participante invite la salle à ne pas oublier l’initiative « Elles marchent » avec Emmanuel Macron qui met en visibilité les  adhérentes et les actions en faveur de la parité.

  • Financement

Quel est le circuit des dons que l’on fait à En Marche ?

Les dons pour la campagne du mouvement se font directement sur le site et il sont desfiscalisés à 66% dans la limite de 20% du revenu imposable. Ils sont centralisés par l’équipe nationale.

L’équipe départementale a d’ailleurs appelé aux dons, rappelant que En Marche, du fait de sa récente naissance, ne bénéficiait d’aucun financement public. Chaque don compte, même les plus modestes : 65% des dons reçus à ce jour sont inférieurs à 60€, un tiers sont inférieurs à 30€ !

  • Plan de transformation

Gestion des collectivités locales : un élu local témoigne : les petites collectivités ont moins souffert sous N. Sarkozy que sous F. Hollande. La difficulté vient notamment de l’accumulation des lois : loi NOTRe, loi MAPAM, loi ALUR. Ces lois imposent des règles dogmatiques et non pragmatiques. Il y a un vrai problème de centralisation des pouvoirs !

Emmanuel Macron s’engage à la stabilité des normes et souhaite accentuer la décentralisation et la déconcentration, pour donner plus de marge de manœuvre aux acteurs locaux, qui sont au plus près du terrain et connaissent mieux que quiconque les réalités et les problèmes des citoyens.

J’ai lu les fiches thématiques sur le programme, mais j’ai du mal à accéder à une synthèse ?

C’est une remarque fréquente, les propositions seront condensées dans le plan de transformation fin février, c’est un choix en phase avec la méthode participative que nous avons adoptée. Chaque axe est discuté, débattu et enrichi dans les 4000 comités locaux du territoire.

Le site Vision-Macron permet de s’alimenter en synthèses sur les différents thèmes.

Dans les discussions que j’ai autour de moi, on me dit qu’on suit EM, qu’on s’intéresse à son programme. Mais ce programme n’est pas connu, il ne communique pas assez. Que répondre à cela ?

Il y a beaucoup de propositions déjà connues (travail, santé, protection sociale, Europe, agriculture, éducation, culture) et communiquées lors des meetings et déplacements, si vous voulez plus de détails inscrivez-vous dans les comités. Il existe aussi un livret de l’adhérent, qui est accessible sur le site En marche, le lien sera envoyé aux participants de la réunion.

Que répondre quand on me demande pourquoi je vote Emmanuel Macron, un candidat qui n’a pas de programme connu? On connaît déjà le programme LR, PS…  fin février n’est-ce pas un peu tard pour En Marche?

Notre équipe peut témoigner que le plan de transformation existe ; nous le « vivons »  et le co-construisons au jour le jour. Il faut comprendre qu’Emmanuel Macron a une volonté de maîtrise de l’agenda et qu’Il n’y a pas de pack de propositions pré-construit, il faut assumer notre méthode : regarder le monde tel qu’il est (diagnostic réalisé par la Grande Marche), puis discuter des propositions lors d’ateliers des comités, etc.

Le référent fait remarquer que le FN n’a pas de programme, les Républicains le modifient chaque jour et que le PS n’a pas choisi entre 2 programmes radicalement différents.

Emmanuel Macron ratifiera-t-il la charte des langues européennes ?

Il a reconnu les langues bretonnes lors de son meeting de Quimper. C’est dans la logique de sa volonté de décentralisation et d’affirmation des territoires. 

  • Ralliements et Législatives

Pour les législatives il est probable que des élus PS vont vouloir rejoindre EM, comment cela va se passer ? Va-t-on rester fidèle à l’ouverture vraie à la société civile ? Que fait-on des soutiens et des ralliements ?

Il n’y aura  ni reniement, ni négociations avec les appareils.  Emmanuel Macron  a rappelé mercredi dernier en conférence de presse les 5 principes fondamentaux :

  1. 50% de renouvellement au moins
  2. Probité : pas de casier judiciaire ni de peine d’inéligibilité
  3. Parité réelle, y compris dans les circonscriptions gagnables
  4. Pluralité politique pour faire place à une représentation progressiste
  5. Signature d’un contrat pour la France entre Emmanuel Macron et les candidats investis, pour mettre au clair la vision du quinquennat et éviter l’apparition de « Frondeurs ».

legislatives

Où en est-on des parrainages?

450 au niveau national, et cela augmente très rapidement depuis quelques jours.

  •  Comité de soutien

Proposition de création de comité de soutiens

Nous y travaillons : nous sommes en train de réunir des personnalités de la société civile.

L’échange se termine par un vibrant appel d’Antonin, du Comité les Centristes en marche :

« Le programme, il se fait dans les comités. Rejoignez-les pour travailler sur le Plan de Transformation, pour l’enrichir, et pour en faire votre programme, notre programme. »

Les marcheurs sont alors invités à rencontrer les  responsables des différents comités dans une salle attenante. L’équipe départementale remercie la salle, rendez-vous est donné  pour la prochaine réunion départementale dans quelques semaines.

En attendant, dans les comités, sur le terrain , sur les réseaux sociaux : En Marche !

Publicités